Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Saint Martin Lars en Sainte Hermine

la petite,toute petite histoire de la petite commune de Saint Martin Lars en Sainte Hermine.


L'église de Saint Martin Lars.

Publié par Claude GILBERT sur 4 Février 2013, 00:00am

Je vais reprendre ici, un article que j’avais écrit sur le blog « Entre plaine et bocage » parce qu’il va servir d’entrée à une  série de propos sur l’église de Saint Martin Lars. Ces propos seront issus aussi bien des registres paroissiaux que des divers comptes rendus de fouilles et de travaux de restauration.
Les registres paroissiaux tenus par les curés successifs, regorgent de textes qui n’ont légalement rien à y faire : des remarques sur la difficulté à percevoir des taxes, des conflits avec les paroissiens, des travaux engagés, des remarques sur la misère du temps etc. L’ordonnance de Villers Cotterêts (août 1539) impose aux curés la tenue de registres des naissances (ce qui doit permettre de connaitre sans contestation possible, la date de majorité de tout individu).On inclura ensuite la date du décès et la date du mariage. Et tout doit être écrit en français obligatoirement comme dans tous les autres actes officiels.
Ces registres acquièrent de ce fait un caractère incontestable, sûr, vrai et indestructible. Les curés sont tentés d’y inscrire ce qui leur tient à cœur afin que cela reste dans la mémoire des hommes. On leur pardonne facilement cet écart de conduite car le bénéfice que les historiens en tirent de nos jours est important. C’est comme ça, qu’au milieu du mois d’avril 1775, entre deux actes officiels, le curé Michel Bourrasseau s’empresse de nous faire part d’une nouvelle qui lui est parvenue : la mort de l’évêque de Nantes.(1)
Pour une raison très simple. Cet évêque, Pierre Mauclerc de la Musanchère , est né à La Ferté, paroisse de Saint Martin Lars , il a été baptisé le 16 octobre 1700(2) dans cette église à laquelle il a fait des cadeaux dont l’origine devait être tenue secrète. Voilà pourquoi on ne pouvait rien dire auparavant.
Pour  le curé Bourrasseau, le temps est donc venu de rendre hommage à ce grand homme, " l’illustrissime et révérendissime évêque de Nantes, sa douceur, sa bonté, sa charité, sa grandeur d’âme et toutes ses grandes vertus et bonnes œuvres le font regretter de tous les diocésains(…) et particulièrement de tous ceux de la paroisse de Saint Martin Lars ". "Il a été le donateur secret d’une belle et grande croix d’argent et d’une maison et son jardin pour loger un vicaire ou un régent. "
J’ai retrouvé le portrait de Pierre Mauclerc au musée d’histoire  de Nantes.(3)


.p mauclerc    On le voit représenté avec tout l’apparat     

nécessaire au grand homme d’église

qu'il est.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   La maison d’habitation de La Ferté existe toujours. Elle est située dans le hameau du Petit Pouzac sur la commune de Saint Martin Lars. Il est difficile de savoir quelle en était l'architecture au XVIIème et XVIIIème siècles. Sur le cadastre napoléonien de 1828(4), on voit des douves de petites dimensions qui entourent la maison. Le plan de cette maison n’a pas évolué depuis cette date et la construction se réfère au XIXème, même si on peut distinguer les restes d’une ouverture en accolade.

Les douves visibles  sur le cadastre napoléonien sont manifestement des douves d’apparat soumises à l’autorisation du roi. Cependant le toponyme La Ferté renvoie à un lieu fortifié.(5) 

ad85 fr ad85 2num90 3p248 3p248ce015jpg 700 324 4658 3349

 

 

Tout semble indiquer qu’il y avait là une propriété nobiliaire d’assez grande importance.
En tout cas, dès le milieu du XVIIème au moins, c’est une famille Mauclerc de La Musanchère qui l’occupe. C’est une branche de ces Mauclerc qui ont beaucoup fait parler d’eux dans le Bas Poitou et au-delà(6). Pour cause de protestantisme en particulier.

                           Pierre Mauclerc de La Musanchère, le père de notre évêque est chevalier seigneur de la Ferté. Il se marie trois fois et se retrouve père de onze enfants, tous baptisés catholiques sauf les deux premiers. En effet, la répression contre les protestants (menée par Louis XIV) est  féroce en cette fin du XVIIème. Et si on ne veut pas perdre la vie ou sa fortune, il est recommandé de courber l’échine. Pierre Mauclerc va donc abjurer, sa troisième femme Marie du Fougeroux(une voisine) aussi. Le parrain du futur évêque est Gabriel Suzannet de La Chardière, ancien protestant lui-même. Petits arrangements entre gens de bonne compagnie.
                           Et quand on a de l’argent, des biens et des relations, il n’y a pas de raison que le talent ne soit pas mis en lumière. C’est ainsi que Pierre junior devient docteur en Sorbonne, chanoine de la cathédrale de Luçon, grand archidiacre, doyen de la cathédrale et finalement évêque de Nantes de 1747 à 1770.

Il est à souligner que notre natif de Saint Martin Lars est reconnu pour avoir administré son diocése avec une grande sagesse, en particulier quand il a été confronté aux conflits générés au sein de l'église catholique par les jansénistes et leurs opposants.Sa tolérance  n'est sans doute pas étrangère à l'histoire de sa famille.

"ad perpetuamrei memoriam"(pour perpétuer le souvenir de cette chose) comme l'a écrit le curé Bourasseau.


(1)Archives de Vendée en ligne. Saint martin Lars en Sainte Hermine.BMS 1771 1780 vues 49 et 50

(2)idem BMS1700 1712 vue 8

(3)L'image de portrait de P Mauclerc provient de l'iconothéque photothéque Château des ducs de Bretagne Musée d'histoire de Nantes (Droits réservés)

(4)Archives de Vendée en ligne Cadastre napoléonien Saint Martin Lars  Section D2 des Pouzacs

(5).Jean Loïc Le Quellec Dictionnaire des noms de lieux de Vendée

 (6)Beauchet Filleau dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou Tome 2 page 690

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents