Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Saint Martin Lars en Sainte Hermine

la petite,toute petite histoire de la petite commune de Saint Martin Lars en Sainte Hermine.


L'église de Saint Martin Lars (suite).

Publié par Claude GILBERT sur 12 Février 2013, 18:09pm

Lors des travaux menés à l’église de Saint Martin Lars ces dernières années, il a été nécessaire de creuser le sol sur une profondeur de 50 cm afin d’y installer un système de chauffage. Pour ne pas détruire des éléments utiles à la compréhension de l’histoire de l’édifice, des fouilles archéologiques ont été engagées, essentiellement sous forme de sondages.
Dans la zone située sous le clocher,  une pierre tombale de 192x70 cm (c’est d’ailleurs la seule qui soit apparue sur tout le sol de l’église) a été mise à jour. Le rapport de fouille signale que cette pierre se situait à un niveau correspondant au XVIIème ou XVIII ème siècle et qu’elle est gravée d’un double blason. 

 

eglise sml2009 .                 La pierre tombale au moment de sa découverte.


Ce  vestige est maintenant exposé au fond de l’église.

Si on y regarde de plus près, on peut distinguer  non seulement les deux blasons mais aussi des chiffres et  des lettres : 25 septembre en bas à droite et 1710 en haut. En revanche, il n’y a aucun nom apparent sauf LA FERT.

 

          pierre t                pierre tomb




                           pierre to

Une rapide visite dans les registres paroissiaux nous met sur une piste sérieuse : il ne peut s’agir que de Pierre Mauclerc de la Musanchère, le père de l’évêque (Voir article précédent).
L’acte dressé par le curé Couprié mentionne qu’il est enterré dans l’église le 26 septembre 1710. Sur la pierre, on peut compléter  le mot de  La Ferté et les blasons correspondent à ceux des Mauclerc et des Grelier du Fougeroux.
Etonnant revirement de situation : quelques années auparavant, cet homme se battait pour ses convictions religieuses protestantes et le voilà installé pour l’éternité dans le sol d’une église catholique. Avec l’acquiescement des curés de la chapelle Themer et de la Jaudonnière et autres, présents à son enterrement. Il en sera  de même, en 1732 pour sa femme Marie Grelier du Fougeroux pour qui, il est précisé qu’elle est enterrée sous le ban de La Ferté.
Sachant que les bancs des personnalités(qui étaient payants) étaient placés le plus en avant possible, l’emplacement de la pierre tombale correspondrait bien à l’emplacement du banc de la famille Mauclerc de La Ferté.
Des questions demeurent :quelles étaient les autres inscriptions gravées tout autour de la pierre et qui ont disparu?

De plus, on n’a pas retrouvé d’ossements à cet emplacement. Mais cela nous amène à un autre mystère que je tenterai d’analyser plus tard : les très nombreuses inhumations pratiquées dans l’église entre le XVIIème et le XVIIIème siècle n’ont quasiment pas laissé de traces. Le rapport de fouilles stipule que le sous sol est constitué de terre et de matériaux divers et que le substrat naturel n’a pu être observé nulle part, même si on est allé jusqu’à 2m à certains endroits.

La disparition des inscriptions du pourtour  m’a incité à chercher plus loin, afin de savoir si cette sépulture n’avait concerné qu’un seul individu.
La deuxième femme de Pierre Mauclerc (Suzanne de la Vieuville) décède en septembre 1686 et elle est enterrée dans l’église comme le précise le curé d’alors. En 1735, une de ses  petites filles est enterrée « sous la cloche ».
On est toujours au même endroit. Cette pierre tombale aurait donc caché un caveau familial, installé sans doute dès 1686.
Cela voudrait dire aussi que la famille Mauclerc avait abjuré la religion avant cette date. On peut avancer l’hypothèse de l’année 1685, année de la révocation de l’édit de Nantes et de la venue des Dragons à Saint Martin Lars( voir l’article sur le Dragon confus).
L’emplacement de cette sépulture n’est pas non plus très honorifique. Les seigneurs de Saint Martin sont enterrés dans le chœur de l’église du côté de l’évangile(le côté de l’épitre étant réservé aux curés du lieu).
A l’enterrement de Suzanne de la Vieuville, qualifiée de « haute et puissante dame » par le curé, les grandes pompes ne sont pas mises en œuvre.
Tout semble bien clair, les puissants  nouveaux convertis ont leur place dans l’église mais dans l’humilité.
En tout cas, en cette fin du XVIIème et début du XVIIIème siècle, la politique de normalisation religieuse menée par Louis XIV était redoutablement efficace.

Même la petite église de ce petit village en a été témoin

 

Sources: Rapport de sondages Gilles Durbet Juillet 2009 DRAC Nantes et Conseil général de Vendée

               Beauchet Filleau Dictionnaire historique et généalogique des familles de Vendée

              Archives de Vendée en ligne    RP de Saint Martin Lars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents